Road Trip en Turquie

Après avoir passé 3 jours à Istanbul (cliquer >>ICI<< pour lire mon article dédié), je me suis lancée à l’aventure sur les routes de Turquie, uniquement avec les transports locaux. C’est parti avec un trajet en bus de nuit jusqu’à ma 1ère étape, Izmir ! Honnêtement, ma plus grosse déception de ce voyage (oui ça commence bien). Je m’imaginais les 1001 nuits, un Istanbul bis, la magie orientale… que nenni ! Il n’y a concrètement rien à voir, à part « l’asansor » et monter à pieds jusqu’au château (ou ce qu’il en reste), en passant par le quartier populaire de Kubiley, qui offre un panorama à 360° sur toute la baie. En une journée, j’avais largement fait le tour de la ville. Et c’est à mon auberge de hippies où j’ai passé le meilleur moment, en discutant avec un québécois et un hindou autour d’une bière.

2ème étape : Pamukkale. Après m’être fait déposer par incompréhension totale avec le conducteur du dolmus dans le mauvais village, je tombe sur une belge d’origine turc qui m’emmène au bon endroit (elle est avec sa voiture depuis la Belgique !), en passant par le site archéologique d’Herapolis. La traversée de la nécropole sous une chaleur écrasante est une épreuve, mais ça vaut le coup. Il y a de plus, moins de touristes que par l’entrée principale de Pamukkale, le « chateau de coton ». Une montagne blanche qui dégage de l’eau naturellement chaude, dans des bassins de boue… Des milliers de touristes mais cela n’empêche de pas de profiter de l’originalité des lieux et s’y baigner !

pamukkale turquie

J’ai continué ma route jusqu’à Selçuk et le fameux site antique d’Ephese, notamment célèbre pour la parfaite conservation de sa bibliothèque. On y trouve aussi les vestiges de la 1ère église dédiée à la Vierge Marie. A Selçuk, voir les ruines de St John, qui abritent la tombe de l’apôtre Jean et lieu où il aurait écrit son évangile… Montez jusqu’à la forteresse qui offre une vue magnifique sur toute la vallée, et terminez par la Mosquée d’Isa Bey.

ephes turquie

Après de nombreuses péripéties de transports, d’incompréhension avec les Turcs, de localisation, perdue sur une route de campagne sous le soleil sans une goutte d’eau (et quelques larmes de « craquage »), j’arrive à Dalyan. Après m’être remise une journée de mes émotions en profitant de la piscine de la ferme biologique où je loge, je me rends au port du village pour prendre un bateau. Astuce : de nombreuses compagnies proposes des excursions hors de prix sur le Dalyan pour aller à Itutzu, alors que pour 10LT (4€) l’A/R, le bateau taxi fait *presque* le même trajet. De la rivière, au milieu des herbes hautes, on aperçoit les tombes lyciennes gravées dans la roche. La plage d’Itutzu est magnifique, totalement préservée pour permettre aux tortues de venir pondre leurs œufs (j’aide des bébés bloqués sur le dos à rejoindre la mer !).

Dalyan turquie

Erreur de parcours, je me retrouve ensuite à Kalkan. Je pensais tomber sur une ville paisible de la côte et je tombe sur le St Trop’ Turc… A EVITER (sauf si on aime les villes à touristes bondées, chères, les hôtels et restaurants de luxe…) ! Je m’aventure à Patara, un « site archéologique » plutôt à l’état de marais… Un trajet de dolmus plus tard, je suis à Kaputas Plaji, une des plus belles plages de Méditerranée, à l’eau turquoise (bon courage pour trouver un cm2 de libre pour la serviette…) !

kaputas plaji turquie

Puis direction Antalya, par la route qui longe toute la côte. Le trajet est ultra agréable, le paysage avec la mer à perte de vue et les nombreuses criques, est magnifique. C’est la 2ème ville la plus touristiques du pays, une station balnéaire où sont concentrés des centaines d’hotels. La ville présente un rapide interet avec le vieux centre, ses ruelles typiques médiévales, le port, l’ambiance village. Jetez vous à l’eau pour une baignade improvisée depuis les rochers accessibles au pieds du Parc Karaalioglu !

antalya turquie

Une nouvelle nuit en bus plus tard, j’arrive à Göreme, le point de départ idéal pour parcourir la fameuse région de Cappadocce. Mon coup de coeur de ce périple… Elle est divisée en 3 parcours : red, green et blue tour. Toutes les agences de voyage sur place proposent les mêmes circuits aux mêmes prix. L’astuce : négocier avec l’un d’eux, faute d’aller chez le voisin puisque rien ne les différencie. En 2 jours 1/2, j’ai fait des randonnées à couper le souffle : pigeon valley, love valley, red/rose valley, hilara valley… J’en ai pris plein les yeux avec des vues mémorables, notamment depuis le chateau d’Uchisar (ça grimpe dur !), et une bonne dose d’habitations et églises troglodytiques (Musée en plein air, ville souterraine de Derinkuyu, Cathédrale de Selime). La Cappadocce, il faut s’y perdre, se retrouver seul au milieu des montagnes aux formes biscornues, arpenter les chemins difficiles au milieu des rochers et des arbres où tout est laissé le plus sauvage possible, jusqu’à parfois, ne plus trouver de sentier…

cappadocce turquie

Ma dernière étape fut Ankara, où j’ai flâné pendant une journée, dans cette ville moderne, administrative, commerçante et effervescente. Le symbole de la République et d’Atatürk, dont la grandeur du mémorial vaut le détour. C’est ici que s’achevait mes 15 jours en Turquie…

Budget (11 jours) :

  • Transports = 437,5LT (145€) + 180€ billet d’avion retour
  • Logement = 248 LT (85€)
  • Alimentation = 162 LT (55€)
  • Tourisme = 242 LT (83€)

TOTAL = 548€

road trip turquie

Publicités

Une réflexion sur “Road Trip en Turquie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s